Portrait de coach : Kimberly Morata

Kim Morata

Peux-tu te présenter en 3 phrases ?

Je suis coach de vie, j’ai 30 ans et je suis nutritionniste certifiée. Je suis aussi activiste de la gentillesse, sauveteuse de chats abandonnés, écrivaine et adepte de méditation.

Qu’est-ce qui est unique chez toi ?

Je suis une Suissesse-américaine vivant avec mon mari français en Estonie avec notre chat grec. Ma langue maternelle est le suisse allemand, mais nous parlons aussi l’anglais et le français à la maison. C’est un foyer assez multiculturel 😉 J’ai rencontré mon mari à Tbilissi, en Géorgie (le pays, pas l’État) mais c’est une autre histoire amusante pour un futur billet de blog 🙂

Ma mère est suisse et mon père est américain. Je suis née et j’ai grandi à Frauenfeld, en Suisse. J’ai passé quelque temps à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, aux États-Unis, où j’ai également fait des études universitaires, puis j’ai déménagé à Berne (la capitale de la Suisse), à l’âge de 21 ans. Au début de l’année 2020, j’ai émigré à Tallinn, en Estonie.

Quelles sont les trois choses les plus importantes dans ta vie ?

La famille, la santé et l’amour.

  • La famille, car il m’a fallu beaucoup d’efforts pour réunir ma famille en harmonie.
  • La santé, parce que ma maladie auto-immune a changé ma vie.
  • L’amour parce que donner et ressentir est le plus beau sentiment du monde et que je n’ai pas toujours eu ma vie actuelle.

Qu’est-ce que tu aimes ?

J’aime lire de la fiction, surtout des thrillers, et aussi des ouvrages non fictionnels ; sur l’éducation nutritionnelle et le développement personnel. Je fais de l’aquarelle, j’écris, je médite quotidiennement, je voyage, je ris beaucoup (oui, parfois même de mes propres blagues), je joue du violon et je suis une coureuse passionnée, qui s’entraîne actuellement pour le marathon de Chicago.

Livre préféré ?

The Boy, the Mole, the Fox, and the Horse de Charlie Mackesy. Pas beaucoup de mots, mais tellement de sens. Il m’a réconforté dans mes heures les plus sombres.

Et en gros, tout ce qui a été écrit par mon auteur suisse préféré, Martin Suter. Je suis une grande fan de la lecture entre les lignes et, à mon avis, Martin Suter maîtrise l’art de le faire, combiné à une bonne dose de comique de situation. J’ai également adoré sa chronique sur la classe affaires et je suis l’heureux propriétaire d’un exemplaire signé de “Allmen und die Erotik” (oui, petit moment fangirl ici, haha).

As-tu des frères et sœurs ?

Oui, j’ai une sœur aînée qui vit en Suisse, une plus jeune qui vit en Grèce et un frère aîné dans l’État de Washington aux USA. Nous sommes tous très proches malgré la distance et j’ai la chance de pouvoir voyager quand je veux les voir (dans des circonstances normales, hors Covid). Comme tu peux l’imaginer, le Covid a annulé tous mes projets pour cette année mais nous sommes tous dans le même bateau et je suis sûre que des jours meilleurs viendront 🙂

Pourquoi as-tu commencé une carrière en nutrition avant de devenir coach de vie ?

Jusqu’en 2017, j’étais en surpoids et de mauvaise humeur la plupart du temps. Puis j’ai commencé à perdre une quantité anormale de cheveux et j’ai compris qu’il se passait quelque chose d’inquiétant. Après plusieurs examens, mes médecins ont découvert que j’avais la maladie d’Hashimoto, ce qui signifie que ma thyroïde ne fonctionnait pas correctement. Cette maladie auto-immune crée un déséquilibre hormonal qui se traduit, entre autres, par un excès de poids et une mauvaise humeur. C’est là que j’ai commencé à me renseigner sur la nutrition.

J’étais fascinée par la façon dont la nutrition pouvait m’aider à m’améliorer. J’ai perdu plus de 20 kg en passant à un régime à base de plantes et sans gluten, combiné à de nombreux ajustements de mon mode de vie. Pour la première fois de ma vie, j’ai enfin pu reprendre le contrôle.

Cependant, je ne pense pas que ce soit la bonne solution pour tout le monde. Je crois fermement qu’il faut mettre l’accent sur la bio-individualité.

À l’époque, j’étais hôtesse de l’air et je voyageais dans le monde entier. Mais cette découverte qui a changé ma vie m’a fait reconsidérer mes priorités. Je suis retournée à l’école, j’ai obtenu mon diplôme de nutrition tout en continuant à travailler comme secrétaire dans un cabinet médical, à la tête d’une petite équipe.

De fil en aiguille, après avoir repris le contrôle de ma vie, j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel, pour m’aider à trouver la paix intérieure et à réduire mon déséquilibre émotionnel. Cela m’a conduit à la méditation et, plus généralement, à la construction d’un état d’esprit qui me donne plus de paix au quotidien.

Je veux partager ce que j’ai appris tout au long de mon voyage.

À quoi ressemble ta journée parfaite ?

Je suis matinale, j’aime me lever super tôt – c’est le moment où je suis la plus productive. Je suis une grande amatrice de café ! 3 grandes tasses de lait d’avoine, une bouillie chaude de noix de pécan et de cannelle et je suis prête pour la journée.

Je cours environ 10 km sur le tapis roulant, puis j’adore utiliser notre sauna suivi d’un bain relaxant dans le jacuzzi. Je suis très reconnaissante d’avoir mon propre Spa personnel dans notre appartement en ville.

L’après-midi, j’aime me promener le long de la côte ou déjeuner dans mon restaurant végan préféré. Je suis une introvertie et une personne totalement casanière. Terminer la journée avec un repas fait maison, dîner devant la cheminée, faire des câlins à mon chat, travailler sur un de mes projets, regarder un vrai film policier ou d’horreur me semble parfait.

Tu me parlais de Réinvention… Que veux tu dire par là ?

Je pense que nous méritons tous de vivre notre meilleure vie, quelles que soient les circonstances. Lorsque j’étais au plus bas dans le passé, avec l’aide d’un coach et d’un mentor, j’ai rassemblé toutes mes forces et j’ai commencé mon voyage pour devenir une version plus forte, plus saine et meilleure de moi-même sous tous les aspects. La perte de quelqu’un de très proche m’a également fait réévaluer toute ma vie et mes valeurs après avoir réalisé à quel point la vie est fragile et précieuse.

Par exemple, j’aimais la mode, je voulais agrandir ma collection de sacs Hermès Birkin et Kelly, mais je cherchais une vie ayant avec plus de sens, moins matérialiste et moins superficielle. Reconnecter avec moi-même est devenu une priorité et j’aime le minimalisme avec l’âge. Je suis maintenant plus heureuse que jamais !

Où te vois-tu dans dix ans ?

J’aime mon travail de coach en réinvention pour les hypersensibles (comme je le suis moi-même). Les voir se transformer et s’épanouir est la carrière la plus épanouissante dont je puisse rêver. Comme j’ai moi-même lutté dans le passé avec la confiance en soi, le surpoids, l’anxiété et la perte de mon meilleur ami dans un homicide,

“sortir de l’autre côté, le côté heureux” de la vie est quelque chose qui me touche de près. J’espère que je pourrai réussir dans la carrière que j’ai choisie aussi longtemps que possible.

Un autre de mes rêves est de construire un sanctuaire pour animaux, mais comme nous ne prévoyons pas de nous installer en Estonie à long terme, ce rêve est actuellement en suspens. Mais j’espère avoir mon propre refuge un jour, à côté de notre future cabane dans les bois… restez à l’écoute ! 🙂

Qu’est-ce que tu aimes le plus chez toi ?

L’humour. J’ai traversé des moments difficiles dans le passé, mais j’ai réussi à ne jamais perdre mon humour. Quand tu es près de moi, je m’assure que tu ries et que tu t’amuses bien. Je suis super maladroit et je peux tout à fait rire de moi-même.

L’amour-propre. C’est mon mentor qui m’a appris l’importance de cultiver la gentillesse envers moi-même. Cela a changé toute ma vision du monde.

L’équité. Lorsque je suis confronté à l’injustice ou à l’iniquité, je me demande comment y remédier, puis je m’efforce de trouver une solution.

Je pense beaucoup aux gens. Par exemple, il y a 15 ans, ma sœur – qui était alors hôtesse de l’air comme moi – m’a raconté l’histoire d’un handicapé qui ne prenait jamais l’avion, mais qui allait à l’aéroport tous les jours juste pour avoir la “sensation” de voyager, de profiter de l’ambiance avec tous ceux qui l’entouraient se précipitant pour prendre leur avion, pour atteindre une destination exotique. Cela m’a fait pleurer, et je pense encore souvent à cette histoire, juste pour me rappeler que tout le monde n’a pas autant de chance que moi. Pour être honnête, je me sens bête de raconter cette histoire parce que ça semble être un discours superficiel. Mais c’est ce qui me touche. Je suis compatissante au point de me sentir mal pour autrui et, ce n’est pas si glamour que ça, comme la plupart des hypersensibles le savent.

En tant que personne qui aime donner aux autres, il m’a fallu de nombreuses années pour apprendre à être gentil avec moi-même et c’est encore quelque chose sur lequel je travaille chaque jour.

En tant qu’INFJ très sensible, je pense et je ressens avec une profondeur qui m’apporte des défis aussi bien que des opportunités étonnantes.

En tant qu’empathique, j’aborde la vie avec un sens profond de l’idéalisme et de l’intégrité… oh et j’aime l’amour.

Retrouvez Kim sur son site : https://kimbenker.com/

Kim Morata à proximité de Berne, Suisse
Ecrit par
D'autres articles de Florian
Portrait d’hypersensible : Margaux
Peux-tu te présenter en 3 phrases ? 🙂 Entrepreneure, Sophro-Coach & conférencière....
Lire l'article
0 replies on “Portrait de coach : Kimberly Morata”