Interview d’Hélène Prière

Peux-tu te présenter en 3 phrases ?  

Je crois qu’à chaque interview c’est la question la plus difficile pour moi haha !  Hélène, Ps(H)ypersensible (comme j’aime à m’appeler) : c’est-à-dire psychologue  spécialisée dans l’hypersensibilité et hypersensible moi même, mais également haut potentiel émotionnel et surtout amoureuse de la Vie et de l’Amour. 

À quelle période de ta vie as-tu découvert que tu étais hypersensible ?  

J’ai découvert mon hypersensibilité aux alentours de 22 ans alors que j’étais en train de  finir mon Master de Psychologie Clinique. C’est la psychologue qui me suivait qui m’a  parlé de mon Haut Potentiel Emotionnel et de mon hypersensibilité. J’avais déjà vu passer  ce mot, quelques années avant qui m’avait profondément intrigué, mais je ne m’y étais  pas plus attardée car à ce moment-là on en parlait très peu et j’étais la tête dans mes  études. C’est donc grâce à ma psy que j’ai pu enfin mettre un mot sur ce que je vivais.  

Quelles sont les 3 choses que tu aimes le plus en lien avec ton hypersensibilité ?  

1/ Le fait d’observer le monde avec le coeur grand ouvert pour ainsi, régulièrement, en  apprécier toute sa beauté, sa grâce et me sentir connectée à un grand « tout »  2/ Mon empathie qui me permet d’avoir une belle écoute, une grande tolérance et  sensibilité aux autres et fait que j’exerce mon métier de psychologue avec le coeur  3/ Mon hyperesthésie qui me donne l’impression de savourer la vie de tous mes sens,  mon corps, ma tête, mon être.  

Et aussi un petit 4/ le fait de pouvoir ressentir la joie, l’amour de façon intense et de me  sentir ainsi profondément reconnaissante d’être en vie ! 

Quelles sont tes 3 plus importantes valeurs dans la vie ?  

L’amour, la liberté et la justice !  

Quelles solutions as-tu trouvées pour gérer les principaux challenges de ton  hypersensibilité, les côtés moins fun ?  

Depuis plusieurs années, je m’emploie à en lister plusieurs afin d’avoir le plus d’ »outils »  en main pour m’aider et aider les autres personnes qui sont hypersensibles comme moi.  Cela peut-être chaque jour une solution différente en fonction de ce que je vis, ce dont j’ai  besoin, de mon énergie. Mais les solutions les plus récurrentes sont :

  • parler parler parler avec un autre qui me comprend et me ressemble bien sûr ! Ou alors  en podcast  
  • Etre auprès de ceux que j’aime  
  • Etre prise dans les bras et me sentir « rassemblée », « contenue »  – Marcher dans la nature 
  • Créer (surtout en écrivant pour ma part car l’écriture a toujours été très cathartique pour  moi)  
  • Danser librement avec un casque de musique sur les oreilles pour être totalement  immergée  
  • Faire un sport que j’aime  
  • Jouer / m’amuser / redevenir enfant  
  • la méditation (guidée je précise !)  
  • AIDER LES AUTRES et me décentrer de moi-même

Quel est LE truc que tu as appris à propos de l’hypersensibilité qui a le plus changé  ta vie ?  

Comprendre que je n’étais pas la seule à être « différente » et comprendre que d’autres  personnes sont, ressentent comme moi et peuvent me comprendre m’a soulagée d’un  poids énorme ! Même si nous ne sommes pas la majorité, l’essentiel était qu’il existait  quelques autres qui me ressemblaient. Et puis, bien sûr, comprendre que mon  hyperesthésie, mon hyper-stimulation mentale, et mes hyper-émotions étaient liées à mon  hypersensibilité m’a également beaucoup aidé ! 

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours professionnel ? Comment et pourquoi  as-tu choisi ton métier actuel ?  

Pour faire simple, à 6 ans je savais déjà que je voulais « aider les autres et que c’est pour  ça que je suis sur terre » (ce sont les mots que j’ai pensé). Je sentais déjà que j’étais  différente, que je savais écouter les autres avec le coeur et avec bienveillance, que j’étais  profondément empathique et que j’aimais profondément l’être humain, les animaux, la  planète… le vivant ! J’étais une enfant style Zorro, défenseur des malheureux et servant la  justice… Alors c’était déjà évident pour moi que plus tard je ferai un métier d’aide et très  vite le métier de psychologue est devenu évident. J’ai hésité avec celui d’écrivaine car  j’étais une amoureuse de la littérature, des mots, de la poésie (d’où mon Bac L) mais je  savais que je n’en vivrai pas. Et puis tout (vraiment tout) me guidait vers le métier de  psychologue. De plus, je sais que ce métier ne me ferme absolument pas à celui  d’écrivaine et j’espère sincèrement écrire un livre un jour (ou plusieurs) car c’est l’un de  mes plus grand rêves !  

Est-ce que tu connais ton type de personnalité MBTI ?  

Oui, mais il a changé en fonction de ma connaissance de moi-même. J’ai longtemps été le  type « Médiateur », comme beaucoup d’hypersensible. Mais aujourd’hui, depuis que  j’assume également mon Haut Potentiel, mon profil a changé et je suis aujourd’hui  « Avocat » qui est un profil plus rare. Je pense, au fond, que j’oscille entre les deux. Je me  sens Médiateur lorsque je suis plus connectée avec ma part hypersensible et plus Avocat  lorsque je suis plus connectée avec ma part HP. 

Si tu pouvais t’envoyer une lettre à toi-même dans le passé, à tes 16 ans, que te  dirais-tu ? Quels mots choisirais-tu pour convaincre ton toi plus jeune de  t’écouter ?  

Il me manque encore un peu de chemin de vie pour que je puisse écrire cette lettre, car,  étonnamment je me suis toujours dit (depuis très jeune) qu’à partir de mes 28 ans (âge  que je vais atteindre d’ici peu de temps pour cette année 2021) j’allais commencer à enfin  vivre ma meilleure vie et que ma trentaine serait la période la plus épanouissante,  enrichissante de ma vie et que j’allais enfin m’ancrer profondément « dans celle que je  suis » si je peux dire. Lorsque j’écris ces mots, j’en ai encore 27 pour plus très longtemps  et, franchement, je pense que mon intuition ne m’a absolument pas trompée car tout va de  mieux en mieux pour moi et je me sens de plus en plus accomplie et heureuse !  

Donc la seule chose que je pourrai dire à mon « moi » de 16 ans pour l’instant c’est : « Ne  pense pas que ta différence est une faiblesse, parce que tu sais quoi ? Ce sera en fait ta  plus grande et belle force ! Et c’est grâce à elle que tu vas t’épanouir et surtout aider  beaucoup d’autres en détresse qui auront besoin de toi. Alors, cultive-là, savoure-là,  apprends à l’apprivoiser, à l’aimer car elle sera la plus belle part de toi ! Et remercie tes  parents, encore et encore de t’avoir appris les plus belles des valeurs : aimer et savoir être  aimé, donner et savoir recevoir, car ce sont les valeurs, avec la liberté, qui guideront ta vie  ! »  

Quels sont les 3 livres qui t’ont le plus influencé ? Pourquoi ?  

  • la Délicatesse de D.Foenkinos : parce que pour moi, comme le film « le Fabuleux destin  d’Amélie Poulain » de Jean-Pierre Genet, c’est LE livre hypersensible par excellence !  Et que j’ai pleuré des larmes de joie et d’émotions intenses de vie en le terminant…  
  • les Fleurs du Mal de Baudelaire : parce qu’il est mon premier amour littéraire et parle à  mon côté « Poétesse romantico-nostalgique » haha !  
  • Oedipe Roi de Sophocle : parce qu’il est ma rencontre littéraire et psychologique la plus  marquante dans mes lectures et allie mon amour de littérature et de la psychologie !  

Bonus de deux livres qui ne sont pas des romans : Suis-je hypersensible de Fabrice Midal  et Hypersensibles, Mieux se comprendre pour mieux s’accepter de Elaine N. Aron qui sont  pour moi deux « bibles » pour les hypersensibles.  

Qui sont les 3 personnes qui t’inspirent le plus ? Pourquoi ?  

  • Claude Monet : pour sa manière hypersensible de peindre le monde  – D. Foenkinos : pour sa manière hypersensible d’écrire un roman  
  • Irvin Yalom et C. Rogers (deux psychologues) : pour leur façon d’exercer le métier de  psychologue avec humanité, avec bienveillance, sans jugement et surtout avec un  amour profond de l’être humain et qui m’inspirent dans ma façon d’exercer chaque  jour… 

Bonus : je suis aussi complètement fan de Lara Croft et Jennifer Lawrence qui incarnent  pour moi (fictive pour l’une, réelle pour l’autre) mon admiration pour les femmes  « badasses » haha ! Et aussi (plus inavouable haha) le personnage du cheval « Spirit »  dans le dessin-animé du même nom, et qui, cette-fois, incarne pour moi la Liberté !  

Qu’est-ce que tu aimes le plus culturellement ?  

C’est une question beaucoup trop difficile ! J’aime autant un très bon film, qu’un bon  roman, qu’un musée ou encore qu’une belle musique… Toute la culture nourrit mon  hyperesthésie et mon hyper-émotion, donc on peut dire que ce que j’aime le plus  culturellement c’est la culture elle-même dans toute l’incroyable richesse émotionnelle  qu’elle offre !  

À quoi ressemble ta journée parfaite ?  

Ma journée parfaite ? Un sublime mélange d’amour, d’aide, de sentiment d’utilité, de  connexion à la nature, au vivant, de créativité, de connaissance, de transcendance, de  spiritualité, de joie, de fou rire, de question existentielle et de régression infantile, de  danse, de musique, de retour à la terre, de plaisirs sensuels quels qu’ils soient (nourriture,  senteurs, baisers, câlins, massage…), de symbiose… En somme, une journée où je suis  pleinement et puissamment vivante (force de l’hypersensible) ! 

Est-ce que tu pourrais nous partager une de tes habitudes où tu connais peu ou pas  de gens faisant comme toi ? 🙂  

Je sais que j’en ai tellement et depuis longtemps qu’à force je ne sais plus si elles sont  bizarres ou pas haha ! Mais pour en citer quelques unes peut-être un peu étranges : je ne  mange que la croûte du pain et je laisse toujours la mie ; j’adore avoir plein de textures et  couleurs différentes dans mon assiette ; dès que je suis seule j’en profite pour me parler à  voix-haute à fond et parler à toute ce qui m’entoure (objets, animaux, plantes, univers !!) ;  j’adore m’asseoir (hors COVID-19 bien sûr) à une terrasse de café et regarder les gens  qui passent en m’imaginant quelle est leur vie, leur nom… ; je trie par couleur toute ce qui  est bonbon (notamment les Tic-Tac), surtout quand je suis en thérapie à distance car ça  me permet de me canaliser, me détendre et d’être plus « ouverte » durant l’entretien ;  j’aime laisser venir mes flashs intuitifs durant les séances et me faire plus confiance sur ce  côté « bizarre » de moi-même dans mon métier de psychologue… Et encore beaucoup  trop d’autres choses qui ne me viennent même plus haha !  

À quoi ressemblent tes meilleurs clients, ceux avec lesquels tu as le meilleur feeling  ?  

Forcément, les patients avec qui le contact se fait le plus vite sont ceux qui sont  hypersensibles ou Haut Potentiel ! Peu importe leur âge, leur métier, leur situation, leur  passion… Le plus important est que l’on parle la même langue et qu’on se « reconnaît » et  se comprend. Donc, forcément, c’est dans ces moments-là que je prends le plus de 

plaisir ! On se « sent », se « ressent », se comprend et les sentiments de solitude, de  différence, d’incompréhension disparaissent… Ce sont des moments vraiment magiques !  

Quels sont les principaux problèmes et les croyances limitantes de tes client.es ?  

Le problème principal que je rencontre avec mes patient.es est quils.elles pensent  qu’ils.elles sont peut-être « fous/folles », que leur hypersensibilité n’est qu’une faiblesse,  qu’ils.elles sont « TROP » sensibles, inadapté.es à cette société et il.elles se demandent  comment « gérer » leurs émotions. Alors qu’en fait, on ne « gère » pas nos émotions  comme on gère un « porte-monnaie » ou un compte en banque (qui est le reflet parfait de  notre société actuelle), mais on apprivoise ce beau tempérament pour en faire notre plus  belle part d’humanité, notre plus belle force, car, oui, ç’en est bien une !  

Comment les aides-tu à surmonter ces problèmes, compte tenu de leurs croyances  préalables ?  

Justement, je les aide à voir ce qu’il y a de beau à être hypersensible, je les aide à  comprendre que si elles le vivent comme une faiblesse c’est qu’elles ne sont pas dans la  vie qui leur correspond et que ce n’est pas leur hypersensibilité qui les fait souffrir mais la  vie dans laquelle elles sont. Je les aide à découvrir les « forces » et potentiels qu’elles ont  en elles grâce à ce trait de caractère et surtout, surtout, je leur fais comprendre que ce ne  sont pas elles qui sont « bizarres », « différentes », et « TROP sensibles », mais cette  société qui est malade, inhumaine, « HYPOSENSIBLE » et qu’elles sont simplement  restées « HUMAINES » dans une société qui ne l’est plus… Alors ma question est :  « Pourquoi vouloir s’adapter à une société malade, pathogène, hyposensible et inhumaine  qui ne pense qu’au rendement, au pouvoir et à l’argent et ne pense plus avec le coeur,  l’amour ? »… 

Pour ceux qui sont intéressés par ton accompagnement, que doivent-ils faire ? 

M’envoyer un petit mot tout doux me disant qu’ils ont besoin d’être guidé, accompagné et  je me ferai un plaisir profond de le faire ! <3  

Vous pouvez passer par mon site : helenepriere-psychoach.fr ;  

Je consulte à mon cabinet en présentiel à Caumont-sur-Durance (84510) à côté d’Avignon  mais aussi à distance par téléphone ou Visio-conférence car je souhaite pouvoir aider le  plus de monde possible !  

Ecrit par
D'autres articles de Kim Morata
Interview d’Axelle Certin
Peux-tu te présenter en 3 phrases ?  Bonjour, je m’appelle Axelle Certin,...
Lire l'article
0 replies on “Interview d’Hélène Prière”