Interview D’Aurore Hamon

Peux-tu te présenter en 3 phrases ?

Bonjour, je m’appelle Aurore, née en 1980, j’ai aujourd’hui “2 fois 20 ans” et je suis la maman de 2 garçons de 6 et 10 ans. J’accompagne depuis fin 2020 le plus jeune de mes enfants dans une longue maladie. Je suis imaginative, curieuse, forte et vulnérable. 

Tu es aussi la créatrice de “Carnet de Pépites”, est-ce que tu peux nous présenter de quoi il s’agit ?

J’ai en effet récemment créé Carnet de Pépites. Ce sont des livres personnalisés réalisés avec les photos et témoignages de proches qui répondent à des questions en ligne pour célébrer une personne. L’objectif d’un Carnet de Pépites est de faire plaisir : aider à transmettre des souvenirs, partager des émotions et faire rayonner davantage le bonheur et la joie. Une belle mission, non ? 

Un Carnet de Pépites peut être offert dans diverses occasions : 

  • pour un anniversaire, 
  • pour une union,
  • pour soutenir une période de convalescence afin de redonner confiance et faire se sentir entouré,
  • pour un départ dans le cadre d’un travail,
  • ou encore pour accompagner un deuil et partager de bons souvenirs d’une personne disparue. 

Les questions sont adaptées au contexte à l’intention.

Chaque participant témoigne en ligne depuis son smartphone ou son ordinateur, sans création de compte, simplement en répondant à des questions et en ajoutant quelques photos. Un chapitre du livre lui sera dédié.

Le livre est mis en page avec des visuels positifs et colorés.

Un carnet de pépites est un cadeau unique, très personnel et engageant. Un vrai bouquet d’émotions.

D’où t’es venue l’idée de ce projet ?

J’ai l’impression d’avoir toujours fait des petits carnets pour offrir à ma famille. A 12 ans, je me souviens avoir créé un recueil pour célébrer les 18 ans de ma sœur avec des photos montage en mode ciseaux / colle. De la même manière, je créais des journaux personnalisés pour l’anniversaire de mariage de mes grands-parents. 

Adulte, à plusieurs reprises, j’ai eu l’envie de proposer un tel produit à plus grande échelle mais je manquais de confiance pour me lancer. 

Au printemps 2020, au cours du confinement et de mon bilan de compétences, j’ai réalisé des Carnets de Pépites pour mes grands-mères qui se sentaient isolées. La chaleur de leurs réactions m’a donné l’envie d’enfin me lancer. C’est ainsi que sont nés les Carnets de Pépites. J’ai dû ralentir le développement de ce beau projet car début octobre 2020, un diagnostic brutal a bouleversé la vie de notre famille. J’accompagne en effet mon fils – lui – même hypersensible – dans son combat contre une leucémie.

À quelle période de ta vie as-tu découvert que tu étais toi-même hypersensible ?

On m’a toujours dit : “tu es trop sensible”, “tu réfléchis trop”. Au travail, je manageais une équipe avec succès mais mon responsable me reprochait de ne pas savoir cacher mes émotions. 

Depuis toute petite, je me suis toujours sentie différente des autres, en décalage. 

Ce n’est qu’après avoir lu des livres et été aiguillée par des professionnels (coach, psychologue), puis dans le cadre d’un bilan de compétences en 2020 que j’ai réussi à accepter mon hypersensibilité pour mieux l’apprivoiser et en faire une force. 

Au début, le mot hypersensible était très négatif pour moi car il me renvoyait à mon incapacité à “gérer mes émotions” comme je l’entendais. Je pouvais être paralysée devant une situation anodine sans comprendre pourquoi. 

Devenue maman, il était important pour moi que j’arrive à aider mes enfants en leur transmettant des ressources pour se sentir bien, les inspirer. Je devais alors moi-même, me sentir mieux et me comprendre !

Pour mieux accepter mon hypersensibilité, l’accueillir, l’apprivoiser et en faire une force, j’ai eu le besoin de “jouer” avec le vocabulaire. Je n’arrivais pas à entendre le mot “sensible”, qui m’irritait et me renvoyait une image de moi trop négative. Pour moi, chaque mot est important et je préférais au départ le terme “hyper perceptive” plutôt que hypersensible. J’ai pu ainsi voir “l’hyper perception” comme un super pouvoir qui me permettait de percevoir beaucoup d’informations, même implicites. C’était naturel pour moi mais je n’avais pas conscience que d’autres fonctionnaient différemment. J’ai ainsi pu apprivoiser progressivement mes émotions et mieux me comprendre, me connaître. 

Aujourd’hui j’assume complètement mon hypersensibilité et je suis heureuse d’avoir fait ce chemin qui me permet aujourd’hui d’être bien dans ma peau.

Quelles sont les 3 choses que tu aimes le plus en lien avec ton hypersensibilité ?

Mon empathie, une perception fine des personnes et des événements ainsi que ma créativité (trouver des solutions, des idées nouvelles etc.).

Quelles sont tes 3 plus importantes valeurs dans la vie ?

L’amour, la liberté et la créativité.

Pour moi Liberté + Créativité = Audace

Quelles solutions as-tu trouvées pour gérer les principaux challenges de ton hypersensibilité, les côtés moins fun ?

J’ai compris que pour ne pas subir, j’avais besoin d’alternance (comme un courant électrique alternatif finalement). Il était vital de prendre du temps pour moi. 

Je devais accepter de vivre des moments de repos pour me recharger pour mieux vivre les moments intenses. Il a fallu reconnaître les petites choses qui me faisaient du bien pour me ressourcer : marcher seule dans la nature, me reposer quand je suis fatiguée, apprendre, m’hydrater, faire du sport.

J’arrive ainsi à évaluer mon niveau de vibration et à me ressourcer avant de saturer / désaturer.

Quel est LE truc que tu as appris à propos de l’hypersensibilité qui a le plus changé ta vie ?

Cela peut sembler bête : mais le simple fait de me dire « Je suis hypersensible et je ne suis  pas folle ! » m’a libéré. 

Apprendre à jouer avec mon hypersensibilité, l’accueillir avec bienveillance et accepter l’alternance comme hygiène de vie, est un super pouvoir finalement.

Mes enfants sont également hypersensibles. Cela m’aide à mieux les comprendre et les aider.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours professionnel ? Comment et pourquoi as-tu choisi ton métier actuel ?

A l’âge de 6 ou 7 ans et j’avais une vision précise mais ubuesque de mon futur parcours professionnel. Accroche-toi : j’imaginais découper ma semaine en plusieurs métiers pour éviter l’ennui 😅 :

  • le lundi, je serai institutrice pour apprendre des choses aux enfants et faire des bricolages,
  • le mardi, je serai journaliste,
  • le mercredi, infirmière,
  • le jeudi, marchande de bonbons,
  • le vendredi, vétérinaire pour chats ou gardienne de chats,
  • le samedi, j’aiderai les gens ou bien magicienne,
  • le dimanche, repos bien mérité pour profiter de la famille.

Cette anecdote enfantine en dit long. Je n’ai compris que tout récemment que, toute petite, j’avais finalement conscience de mon multipotentiel.

Après le bac, j’ai fait des études en communication et création de sites internet. Il s’agissait des tous débuts d’internet. J’étais curieuse et avait l’envie de découvrir. Il y avait un côté pionnier. J’ai passé 20 ans passionnants à réaliser des projets dans des domaines variés. J’adorais trouver des solutions.

Mes compétences techniques sont un atout et m’aident à mettre en place des outils adaptés.

Aujourd’hui, j’accompagne mes clients dans plus de bonheur à travers la création des carnets de pépites. 

Je suis également formée aux pratiques narratives.

Est-ce que tu connais ton type de personnalité MBTI ?

Oui, mon profil MBTI semble être INFP.

J’avais réalisé un test par curiosité sans connaître ce terme il y a une dizaine d’années, puis je l’ai refait l’an dernier dans le cadre d’un bilan de compétence et le résultat est resté le même, même si j’ai évolué depuis 🙂.

Est-ce que tu accepterais de nous parler un peu de ton enfance ?

Enfance heureuse mais pas beaucoup d’amis. Je manquais de confiance en moi malgré mes bons résultats scolaires. J’avais peur du regard des autres. Je passais beaucoup de temps avec mon chat. Très imaginative, j’aimais dessiner en regardant le sport devant la TV.

Si tu pouvais t’envoyer une lettre à toi-même dans le passé, à tes 16 ans, que te dirais-tu ? Quels mots choisirais-tu pour convaincre ton toi plus jeune de t’écouter ?

Tu n’es pas seule et je sais ce que tu traverses. Tu as des compétences, tu as de l’imagination, tu es légitime et tu peux croire en toi.

Quels sont les 3 livres qui t’ont le plus influencé ? Pourquoi ?

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent

Jeune maman, ce livre m’a aidé dans ma relation avec mes enfants.

Les dieux voyagent toujours incognito

Ce roman de Laurent Gounelle m’a fait du bien : une lecture réconfortante et une prise de confiance et de conscience !

Je pense trop / mieux (Christel Petitcollin)

M’a aidé à déculpabiliser et à prendre conscience que je n’étais pas toute seule à trop penser.

Qui sont les 3 personnes qui t’inspirent le plus ? Pourquoi ?

Je pourrai citer des personnalités connues et tellement inspirantes, mais je vais rester dans un cercle proche.

Mael, mon fils de 6 ans qui se bat actuellement et depuis 9 mois contre une leucémie aiguë. Son courage, sa ténacité et son sourire lumineux représentent un exemple. Il pourrait inspirer la plupart des adultes.

Tao, mon fils de 10 ans pour son enthousiasme, son humour et sa capacité à fédérer.

Mon mari pour son calme dans les situations complexes et sa capacité à toujours trouver des solutions.

Qu’est-ce que tu aimes le plus culturellement ?

J’aime beaucoup de choses ! J’habite à côté de Nantes et nous avons la chance d’être surpris chaque été avec le Voyage à Nantes : c’est un parcours dans la ville et le département avec des œuvres artistiques dont certaines changent chaque année. 

Et plus globalement j’aime les voyages afin de découvrir des cultures différentes.

À quoi ressemble ta journée parfaite ?

Quelle belle question !

Ce qui me vient spontanément est une journée où je me lève tôt, naturellement (sans réveil), je sors marcher ou courir pour voir le soleil se lever. Je reviens avec du pain frais pour partager un petit déjeuner en famille. J’amène les enfants à l’école. Je travaille sur des projets inspirants, je vais à la piscine. Le soir, je prépare le dîner avec les enfants. J’ai pourrai avoir des nouvelles d’amis, de proches (les voir ou échanger à distance). Prendre soin des autres et de soi. Un programme simple et doux.

Et en y réfléchissant davantage, je me souviens avoir vécu des moments magiques et intenses dans des journées qui pourraient sembler cauchemardesques. 

J’ose partager ma plus belle des victoires. A l’automne, à l’annonce de la maladie de mon fils, le choc, la sidération mais tout de suite une force de dingue pour l’accompagner et être présente. Le soir, je reste dormir dans sa chambre. Alors même qu’il est branché à chaque membre et que les bips résonnent dans sa chambre de réanimation, il me confie “Je suis content maman, on a passé une belle journée”. L’amour et le lien sont essentiels.

Donc la journée parfaite est une journée ordinaire en famille.

Est-ce que tu pourrais nous partager une de tes habitudes où tu connais peu ou pas de gens faisant comme toi ? 

J’adore terminer un repas à la maison en mangeant le trio pain-beurre-chocolat. Un rappel à mon enfance peut-être ?

À quoi ressemblent tes meilleurs clients, ceux avec lesquels tu as le meilleur feeling ?

Mes clients sont des personnes qui souhaitent faire plaisir et offrir un cadeau unique, créé pour rester et rempli d’émotions. Ce sont des gens sensibles au bonheur des autres et qui souhaitent voir le positif. Il est souvent plus facile de se confier et oser dire les choses par écrit. Les Carnets de Pépites sont un joli moyen de renforcer les liens.

Je garde notamment en mémoire un Carnet de Pépites réalisé pour une jeune adolescente de 12 ans, en mal de confiance en elle et porteuse de trisomie. Elle devait changer d’établissement scolaire en cours d’année. Une trentaine de personnes : sa famille, ses amis, les professionnels de santé qui l’entourent ont participé à son Carnet de Pépites. Un livre qui ne la quitte plus qu’elle conserve tel un trésor.

Quels sont les principaux problèmes et les croyances limitantes de tes client.es ?

Dans le cadre des carnets de pépites, les clients ont parfois peur de ne pas réussir à fédérer un grand nombre de personnes pour répondre aux questions en ligne. C’est un cadeau original et engageant. Aucune question n’est obligatoire et la plus petite participation est un vrai cadeau. Le simple fait de prendre du temps à penser à un proche est réconfortant.

Pour ceux qui sont intéressés par ton accompagnement, que doivent-ils faire ?

Il est possible de passer commande d’un carnet de pépites sur internet https://carnetdepepites.fr/

Vous pouvez aussi me contacter directement via les réseaux sociaux Instagram (https://www.instagram.com/carnetdepepites/) / Facebook / LinkedIn (https://www.linkedin.com/in/aurore-hamon-a35752/)

J’ai également créé le site https://www.silouchouettes.fr/, ce sont silhouettes personnalisées (d’après une photo prise de profil) permettant de faire des ombres chinoises pour devenir le héros des histoires. Là aussi c’est une idée que j’ai mise en place pour mes enfants et que je souhaite partager à un plus grand nombre.

Je suis aussi formée aux pratiques narratives et j’accompagne certaines personnes à réaliser leur arbre de vie.

Ecrit par
D'autres articles de Kim
Interview de Christine Descargues
Peux-tu te présenter en 3 phrases ? Bonjour, je suis Christine ,...
Lire l'article
0 replies on “Interview D’Aurore Hamon”