Interview de Juliette Siozac

Peux-tu te présenter en 3 phrases ?

Je suis animée par le désir que les enfants expriment leurs émotions, développent leur confiance en eux et apprennent à trouver leur propre chemin vers le bonheur. J’ai quitté le secteur de la communication dans lequel j’ai travaillé pendant 10 ans, j’ai investi le temps nécessaire pour vivre de nouvelles expériences riches de sens et j’ai créé Mon Moment Magique (concept d’ateliers bien-être) en 2015. Auteure d’un jeu de cartes et d’un livre, j’anime également des conférences autour des rituels bien-être.

J’ai 42 ans, 2 enfants, 1 amoureux, 2 chats dont 1 dans les étoiles et j’habite Aix-en-Provence.

À quelle période de ta vie as-tu découvert que tu étais hypersensible ?

Je l’ai découvert il y a un peu plus d’un an. Ma grande fille est haut potentiel. En creusant ce monde nouveau pour moi, j’ai découvert aussi le monde de l’hypersensibilité. A chaque fois que je partageais mes nouvelles connaissances à ma fille, elle me disait « mais tu parles de toi ou de moi là ? », j’ai ainsi réalisé que j’étais comme elle, à la fois haut potentiel et hypersensible !

Quelles sont les 3 choses que tu aimes le plus en lien avec ton hypersensibilité ?

J’aime ma manière de percevoir finement le monde et de vivre les choses pleinement (même s’il y a des jours où c’est dur !). J’aime mes relations aux autres, basées sur l’authenticité, et toute mon empathie. Et j’aime le fait que mes 5 sens soient en éveil permanent.

Quelles sont tes 3 plus importantes valeurs dans la vie ?

L’authenticité dont je viens de parler.

Le respect. De soi, des autres, des animaux, des lieux, de la Terre.

La liberté.

Quelles solutions as-tu trouvées pour gérer les principaux challenges de ton hypersensibilité, les côtés moins fun ?

Mon principal challenge c’est mes débordements émotionnels, j’appelle ça mes « ascenseurs émotionnels ». Je m’isole dès que je sens que ça déborde trop ! Dans ma chambre, j’ai une grosse bulle en rotin avec plein de coussins dedans, j’aime bien m’y balancer, avec un livre, ou en méditant, ou en pleurant selon mes besoins. J’ai également pris l’habitude de sortir de mon appart dès que je suis au bord de l’explosion (ou que j’ai déjà explosé !) et d’aller marcher dans la rue pour vider ma tête et apaiser mon coeur.

Mon 2ème challenge c’est mes ressentis sensoriels. Je suis particulièrement sensible aux odeurs et aux bruits. Pour les odeurs, j’aère tout chez moi le plus possible, ex. après un gratin de chou-fleur ! Et maintenant j’ose même demander quand ça m’arrive chez des gens et qu’une odeur est pour moi insupportable. Pour les bruits, je viens de m’offrir un casque anti-bruits. Très pratique quand mes filles jouent et rient très fort !

Quel est LE truc que tu as appris à propos de l’hypersensibilité qui a le plus changé ta vie ?

J’ai passé des années à essayer de comprendre mon fonctionnement cyclique. J’ai vu plein de thérapeutes différents. J’ai suivi les cycles de la lune. J’ai apprivoisé la numérologie. J’ai tenté d’écouter mon cycle féminin. A chaque fois j’avais l’impression de trouver une clé, de me dire que tout ce que je vivais venait de là et que j’allais enfin vivre des moments plus fluides, plus doux. Mais non ! Quand l’hypersensibilité est arrivée sur mon chemin, j’ai senti comme une énorme lumière intérieure et un soulagement infini. Non je n’étais pas folle, oui ça venait bien de moi (même si d’autres paramètres influaient) et c’était ok je ne pouvais pas le changer. Et en plus, on était 20% de la population à vivre de tels yoyos dans notre vie quotidienne. Cela m’a fait un bien fou.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours professionnel ? Comment et pourquoi as-tu choisi ton métier actuel ?

J’ai commencé ma vie professionnelle en étant animatrice dans des colonies de vacances et des centres aérés. Ensuite j’ai fait une grande école de commerce et j’ai tout de suite été attirée par le milieu de la communication. J’y ai travaillé pendant 10 ans. 

Et à 34 ans, j’ai vécu ce que j’appelle « les 4 D » : Divooorce, Démission, Déménagement, Dépression. Et c’est là que les portes de l’univers du développement personnel se sont ouvertes devant moi. J’ai adoré toutes mes découvertes, j’ai pris le temps d’expérimenter tout ce qui s’offrait à moi (coaching, kinésiologie, astrologie, yoga, méditation, énergétique, gratitude, parentalité positive…). J’ai partagé mes nouveaux rituels bien-être avec ma fille, puis dans des ateliers informels avec les enfants de mon entourage. J’ai creusé du côté des neurosciences, j’ai étudié les nouveaux courants éducatifs, les écoles alternatives… Mon concept d’ateliers bien-être (Mon Moment Magique, MMM) pour les enfants est ainsi né. En 6 ans, près de 600 ambassadrices et ambassadeurs ont rejoint l’aventure et MMM, 1er concept français d’ateliers bien-être, rayonne dans plus de 20 pays auprès des enfants, des familles et des femmes.

Est-ce que tu connais ton type de personnalité MBTI ?

Non.

Est-ce que tu accepterais de nous parler un peu de ton enfance ? 

Avec plaisir. Mon enfant a été heureuse et douce, dans la campagne bourguignonne, avec mes parents, ma soeur et mon frère, et nos animaux. Mon adolescence a été plus tumultueuse selon mes parents, mais avec du recul je trouve que j’étais une ado plutôt cool 😉

J’effectue justement en ce moment un gros travail sur mon enfance avec d’un côté un travail de rebirth avec une thérapeute incroyable et de l’autre un programme très complet de libération et de réconciliation (un voyage à la rencontre de mon enfant intérieur) avec le processus Hoffman.

Si tu pouvais t’envoyer une lettre à toi-même dans le passé, à tes 16 ans, que te dirais-tu ? Quels mots choisirais-tu pour convaincre ton toi plus jeune de t’écouter ?

Je me dirais de croquer la vie à pleines dents, d’écouter mon coeur, mais sans oublier mon cerveau en route ! Je me dirais surtout de rester authentique quoi qu’il se passe. Pour convaincre mon moi plus jeune de m’écouter, je lui dirais que je viens du futur, que je connais donc la vraie suite de sa vie et que par conséquent mes conseils sont avisés et précieux.

Quels sont les 3 livres qui t’ont le plus influencé ? Pourquoi ?

  • « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » de Faber & Mazlich. C’est grâce à ce livre que j’ai bouleversé mon mode éducatif. Il a vraiment constitué le point de départ de ma nouvelle vie de maman.
  • « Il n’y a pas de parent parfait » d’Isabelle Filliozat. Ce livre m’a permis d’aller plus loin dans ma vision de mon rôle de maman, en comprenant tous les rouages et blocages liés à mon enfance et à ma relation avec mes parents.
  • « Les animaux, leur chemin vers l’au-delà » de Laila Del Monte. Quand j’ai perdu mon vieux chat d’amour, après 20 ans de relation fusionnelle, j’ai vécu un deuil immense. Ce livre m’a apaisée profondément.
  • « Fort comme un hypersensible » de Maurice Barthélémy. C’est un cadeau de mon amoureux, il l’a dévoré en une après-midi avant de me l’offrir avec cette dédicace « Chérie j’ai mieux compris comment tu fonctionnais, et je t’aime encore plus ».

Qu’est-ce que tu aimes le plus culturellement ?

La lecture sans hésiter. Je suis passionnée par tout ce qui touche au développement personnel, à l’éducation positive et respectueuse, au bien-être, au bonheur. Mes lectures s’y rapportent toutes. J’adore lire, c’est un véritable moment de ressource pour moi. Je lis également des romans pour m’évader encore plus.

Récemment, j’ai découvert les séries (moi qui déteste la télé) et j’avoue que j’adore. Je choisis des histoires belles, prenantes, inspirantes, et jamais violentes. 

À quoi ressemble ta journée parfaite ?

Oh la la ! Je suis en permanence en recherche de perfection alors j’adore cette question !

Ma journée parfaite ressemblerait à ça : 

  • Je me lève tôt, avant toute la maison, pour profiter du calme du matin, être seule avec moi-m’aime, me préparer tranquillement, faire quelques étirements et des salutations au soleil, et poser une intention pour ma journée en visualisant son déroulé. Comme ça je suis super détendue pour préparer mes filles pour l’école.
  • Ma matinée est consacrée au travail, juste après une séance de sport (fitness ou yoga) que je partage avec mon amoureux 1 jour sur 2.
  • Le midi je déjeune avec une ou plusieurs amies (juste à côté de chez moi il y a un musée qui abrite un restaurant extra dans un jardin sublime).
  • Mon après-midi est pour moi, rien que pour moi. Je fais la sieste, je me fais masser, je vais me balader dans la nature, je lis, j’écris, je réfléchis, je me tire des cartes…
  • La fin de journée je la partage avec mes filles, goûter, temps de partage, rituels bien-être (on fait des rituels Mon Moment Magique (MMM) mère-filles). Dans ma journée idéale il n’y a pas de rush de maman devoirs-bain-repas-coucher !
  • Ma soirée est aux côtés de mon amoureux, avec une tisane et des bougies. Parfois on regarde une série, parfois on lit sous la couette, parfois on part dans de grandes conversations.

Est-ce que tu pourrais nous partager une de tes habitudes où tu connais peu ou pas de gens faisant comme toi ? 🙂

Je suis incapable de commencer ma journée si ma maison n’est pas parfaitement rangée au carré, aérée et parfumée ! Ok je travaille de chez moi, mais entre nous, est ce que je suis vraiment obligée de travailler dans un musée ?!?! J’ai essayé de changer cette habitude, mais c’est plus fort que moi. Alors maintenant j’accepte mon côté maniaque et psychopathe des détails. Et je ris de moi quand je me surprends à réaligner le tapis parfaitement le long du canapé, ou quand je repasse discrètement derrière mon amoureux qui vient de faire notre lit pour remettre bien droit les coussins !

À quoi ressemblent tes meilleurs clients, ceux avec lesquels tu as le meilleur feeling ?

Mes clients sont mes ambassadrices et mes ambassadeurs. Je n’ai pas la sensation d’avoir avec elles (car ce sont très très majoritairement des femmes) une relation de « client » à proprement parler. Pour moi elles sont toutes mes copines, on partage les mêmes valeurs, le même rêve pour les enfants et pour le monde ! Je suis attentive à chacune, j’essaie de nouer des relations individuelles, de connaître leur vie au-delà de leur mission d’ambassadrice Mon Moment Magique. Celles avec qui j’ai le meilleur feeling ont en général une énergie et une détermination très fortes, comme moi. Evidemment, dans ma Communauté, il y a beaucoup beaucoup d’hypersensibles (on dépasse largement les 20% !).

Quels sont les principaux problèmes et les croyances limitantes de tes ambassadrices

Elles sont comme moi, avec un besoin impérieux d’aligner leur vie personnelle et leur vie professionnelle, ce qui n’est pas toujours évident on le sait. Elles sont animées par l’amour, la joie de vivre, la justice, la bienveillance, l’idée que tout est possible avec une baguette magique, qu’un sourire d’enfant bien dans son corps, sa tête et son coeur est plus important que l’argent gagné. Bref chez MMM c’est un peu le monde des Bisounours ! Alors quand on se retrouve confrontées à la vraie vie, forcément ça pique un peu. Alors on s’attache à mettre de la magie partout autour de nous, et surtout dans le coeur des participants à nos ateliers.

Comment les aides-tu à surmonter ces problèmes, compte tenu de leurs croyances préalables ?

J’ai mis des paillettes partout dans Mon Moment Magique ! J’écoute mes ambassadrices, je leur parle beaucoup, je les soutiens, je crois en elles, je les aide à développer leurs talents et leur confiance en elles. Je crée régulièrement des nouveaux outils dans ma formation, des nouveaux accompagnements pour les faire déployer leurs ailes de fées.

Pour ceux qui sont intéressés par ta formation, que doivent-ils faire ?

Il suffit de remplir son profil sur mon site Internet monmomentmagique.com

Toutes les infos détaillées sur la formation sont envoyées en retour. Ensuite, le concept est clé en mains, chacune se laisse guider et moi je lui tiens la main en souriant !

Suivez Mon Moment Magique sur les réseaux sociaux : 

https://www.instagram.com/monmomentmagique

https://www.facebook.com/MonMomentMagique

Ecrit par
D'autres articles de Kim
Interview d’Anaïs Landrieu
Peux-tu te présenter en 3 phrases ? Je suis Anaïs, et je...
Lire l'article
0 replies on “Interview de Juliette Siozac”