Interview : Elise Bouskila

Crédit photo : Edouart Doret

Peux-tu te présenter en 3 phrases ? 🙂

Je suis Élise Bouskila (alias Elise Pompom Girl), la coach de l’énergie positive ! Spécialiste de l’hypersensibilité positive, j’accompagne les femmes qui veulent prendre confiance en elles pour trouver leur propre bonheur, même si elles ont déjà tout essayé. Mon mantra : “tu mérites le meilleur et ceci est non négociable”.

Tu mérites le meilleur et ceci est non négociable

Elise Bouskila

À quelle période de ta vie as-tu découvert que tu étais hypersensible ?

En fait j’ai toujours su que j’étais hypersensible, mais c’est uniquement à l’âge de 25 ans, quand j’ai commencé à travailler sur mon bonheur et que je me suis intéressée au développement personnel, que j’ai découvert le mot et la signification du terme “hypersensibilité”. 

Déjà très jeune, on soulignait ma haute sensibilité, j’étais toujours “trop” ou “pas assez” ! On me reprochait ma “trop grande” empathie, on ne comprenait pas mes émotions, que ce soit mes joies ou mes tristesses, on m’expliquait que ce n’était pas normal de réagir avec autant d’intensité. On me disait aussi que j’étais trop gentille, pas assez forte, qu’il fallait que je m’endurcisse, que je devais arrêter de me poser autant de questions et de me prendre la tête. Autant d’injonctions et de critiques à répétition qui m’ont laissé penser que je n’étais pas normale et qui m’ont empêchée de bâtir la confiance en moi dont j’avais besoin. 

Après une année très difficile de ma vie en 2013, j’ai traversé une période de dépression. À cette époque, je prends conscience que j’ai dû me sur-adapter à tous les niveaux (émotionnel, professionnel, relationnel) pour correspondre à cette fameuse “normalité” qu’on attendait de moi. Résultat : je “réussissais” ma vie, mais je n’étais pas heureuse. J’ai fait tout ce qu’on attendait de moi : bonne élève, CDI, poste à La Défense, mais je n’étais pas épanouie dans cette vie-là.

Suite à ça, je décide de prendre ma vie en main, d’apprendre à mieux me connaître et le fait d’appréhender mon hypersensibilité fait partie des sujets principaux. Je découvre les caractéristiques de l’hypersensibilité et pour la première fois de ma vie, je me dis qu’en fait je ne suis pas anormale ! Le début d’une renaissance, de la reconstruction de ma confiance en moi et d’une nouvelle vie dans laquelle je me sens enfin bien en étant moi-même.

Quelles sont les 3 choses que tu aimes le plus en lien avec ton hypersensibilité ?

  1. Mon empathie, qui me donne la possibilité de comprendre les ressentis des autres, de trouver les mots justes pour réconforter, d’aider et de conseiller au mieux avec un maximum de bienveillance.
  2. Ma sensibilité auditive, qui me permet de capter les émotions juste sur le ton de la voix, qui m’a toujours avantagée dans ma pratique de la danse, et qui me permet d’aller mieux juste en écoutant ma playlist de musiques feel-good.
  3. Ma haute émotivité, qui me permet de vivre de très grandes joies, de m’émerveiller facilement et de diffuser des quantités phénoménales d’énergie positive !

Quelles sont tes 3 plus importantes valeurs dans la vie ?

L’amour, la joie et la liberté !

Quelles solutions as-tu trouvées pour gérer les principaux challenges de ton hypersensibilité, les côtés moins fun ?

Bien les comprendre pour minimiser leur impact négatif, et les percevoir comme “l’autre côté de la médaille” qui permet aux côtés positifs d’exister ! 
Par exemple, si je reprends les 3 spécificités que j’aime le plus, citées au-dessus, je gère aussi leurs côtés les moins fun : 

  • Je fais de la diète médiatique pour me protéger des émotions négatives stériles
  • J’ai toujours une paire de boules Quies sur moi pour éviter de subir les sons désagréables
  • Je prends le temps de me reposer autant que nécessaire après des périodes intenses émotionnellement

Quand je me sens frustrée par l’hyperstimulation engendrée, je me recentre sur le fait que les côtés moins fun et les côtés les plus avantageux sont liés comme les deux faces d’une même pièce. Ça m’aide à me rappeler que c’est grâce à ces capacités que je réussis à aider les autres à se sentir plus heureux et que je vis une vie que j’aime ! 

Quel est LE truc que tu as appris à propos de l’hypersensibilité qui a le plus changé ta vie ?

Que l’hypersensibilité concerne actuellement 25 à 30 % de la population ! Quand tu te sens incomprise, ça fait du bien de te dire qu’en fait, 1 personne sur 4 est hypersensible et rencontre des challenges similaires.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours professionnel ? Comment et pourquoi as-tu choisi ton métier actuel ?

À la fois passionnée de danse et diplômée d’école de commerce, je démarre mon parcours professionnel avec deux carrières en même temps : danseuse et professeur de danse pompom d’un côté, et commerciale (dans le luxe au départ, puis dans le conseil) de l’autre. En 2014, je décide de quitter mon poste de commerciale et de me consacrer à temps plein à ma mission de vie et mon projet : aider les autres à retrouver le sourire !

Dans le cadre de ce projet d’énergie positive, j’avais déjà créé mes cours de danse pompom, avec pour objectif de se sentir mieux dans sa peau en se faisant plaisir. Et “c’est bien plus qu’un cours de danse”, comme le disent mes élèves ! A l’époque, mes pompoms mettaient déjà des mots sur ce que ma pédagogie, mes conseils et ma façon d’être leur apportaient : “ici, on apprend évidemment à danser, mais aussi à se réconcilier avec son image et sa féminité, à se sentir bien dans son corps, à se sentir à l’aise dans un groupe tout en acceptant notre individualité, on se sent mieux dans nos baskets, on prend confiance en nous, et ça se voit !” 

Un jour l’une d’entre elles, Margaux, m’a offert un cadeau en me disant : “Elise, c’est pour que tu n’oublies jamais que tu as changé ma vie”. Waouuu, les résultats étaient au-delà de mes espérances ! Je recevais de plus en plus de demandes de conseils de personnes qui souhaitaient retrouver le sourire (en dehors de la danse). En 2017, encouragée par toutes ces sollicitations, mon mentor, et les gens que j’ai déjà aidés à s’épanouir, je rajoute donc une nouvelle corde à mon arc et deviens coach en développement personnel. Je suis toujours aussi remplie de bonheur de voir l’impact si positif que cela a dans la vie de ceux que j’accompagne.

Après plusieurs passages à la télé, à la radio, dans les journaux et magazines, je continue d’intervenir régulièrement en conférence sur la confiance en soi, l’hypersensibilité et l’énergie positive. Je fais en sorte de tout mettre en œuvre pour permettre à ceux qui le choisissent de rayonner de bonheur. 

Est-ce que tu connais ton type de personnalité MBTI ? 

Oui je suis une ENFJ ! Faite pour transmettre et aider les autres à s’améliorer, parce que ça me procure autant de joie que ça en offre aux personnes que j’accompagne. Le cercle vertueux de l’énergie positive ! 😀

Si tu pouvais t’envoyer une lettre à toi-même dans le passé, à tes 16 ans, que te dirais-tu ? Quels mots choisirais-tu pour convaincre ton toi plus jeune de t’écouter ?

Écoute toujours ta joie et ton intuition, elles ne te tromperont jamais ! Peu importe ce que les autres en disent, apprends à mieux te connaître, dégage ce qui t’est néfaste, et cultive ce qui t’est bénéfique. Fais-toi confiance, tu sais ce qui est bon pour toi. Je t’aime <3

Quels sont les 3 livres qui t’ont le plus influencée ? Pourquoi ?

  1. « Les quatre accords Toltèques » de Miguel Ruiz, pour ses règles d’or qui permettent d’être apaisée dans sa relation aux autres
  2. .« Le pouvoir du moment présent » d’Eckhart Tolle, le livre qui m’a permis de découvrir la pleine conscience et d’apaiser le mental.
  3. « Écoute ton corps » de Lise Bourbeau, pour travailler le lien corps-esprit.

Qu’est-ce que tu aimes le plus culturellement ? 

J’adore la danse et la musique (sans surprise) ! J’aime aussi beaucoup les spectacles (surtout d’humour), les restaurants (surtout japonais) et les voyages (surtout au soleil).

À quoi ressemble ta journée parfaite ?

Je me réveille (sans réveil), je prends un moment pour câliner et bisouter mon chéri. J’ouvre les volets et je découvre ce magnifique ciel bleu. On mange sur la terrasse au soleil, et, entre deux discussions, on entend les oiseaux chanter. Je démarre ensuite mon travail de la journée, je coache des femmes en or, j’entends des rires et des sourires, j’organise mes prochains évènements, je réponds aux messages et interviews. Puis j’enchaine avec un temps calme pour moi, un massage, une balade au bord de la mer, une série ou une sortie en fonction de l’humeur du moment. Enfin, le soir venu, je passe du temps avec les gens que j’aime, dans un bon restaurant ou au coin du feu. Pour finir, je me couche comme je me suis réveillée, sereine, dans les bras de mon amoureux, et reconnaissante de la vie merveilleuse que je mène.

Est-ce que tu pourrais nous partager une de tes habitudes où tu connais peu ou pas de gens faisant comme toi ? 🙂

Ça m’arrive de parler aux choses comme si c’étaient des humains ! Je dis “bonjour “et “merci” à ma voiture, “s’il te plait” quand je demande quelque chose à Siri, et même “pardon” quand je casse un objet ^^

À quoi ressemblent tes meilleurs clients, ceux avec lesquels tu as le meilleur feeling ?

Mes clientes sont des femmes hypersensibles qui sont naturellement positives et joyeuses, mais qui ont la sensation d’être perdues. Elles n’ont pas trouvé leur bonheur dans un ou plusieurs domaine(s) de leur vie (souvent, l’amour et le travail sont des sujets importants pour elles). Elles ne veulent plus perdre de temps pour être enfin pleinement heureuses.
Elles ont entre 25 et 45 ans, ce sont des femmes intelligentes qui ont fait des études, parfois très hautes, et qui ont pourtant du mal à se sentir à la hauteur. Elles sont ouvertes d’esprit, volontaires, douées, mais elles manquent vraiment de confiance en elles. Sur le papier, elles ont déjà tout pour réussir. Mais elles ne croient pas suffisamment en elles, elles n’aiment pas l’image que ça leur renvoie : leur sensibilité (= “fragilité”), leurs spécificités (= “différente”), et leur rêve (= “inaccessible”). Elles en ont assez d’être stressées par tout ça.

Elles sont physiquement entourées par de la famille et des amis, mais au fond, elles se sentent seules car leur entourage n’a pas les mêmes rêves, les mêmes valeurs, les mêmes besoins, ni la même sensibilité. Elles ont souvent vécu des moments difficiles (dépression, burn-out), ont commencé à amorcer des changements (thérapie, changement de boulot, etc.) mais les résultats ne sont pas suffisants. Cela a juste permis de sortir du mal, mais maintenant, elles ne veulent plus ressasser le passé, elles veulent de la positivité dans leur quotidien pour se sentir pleinement heureuses.
Ce dont elles manquent le plus c’est se sentir comprises, écoutées et soutenues. Elles veulent se sentir à leur place, aimer leur vie, leur boulot, trouver le grand amour et avoir une vie de couple épanouie. Elles veulent une vie de rêve simple mais merveilleuse, et refusent de perdre une minute de plus pour ça.

Quels sont les principaux problèmes et les croyances limitantes de tes clientes ?

Se réconcilier avec leur image, se sentir belles, rencontrer le grand amour et vivre de la joie au quotidien. Elles ont besoin d’être mieux entourées, d’assainir certaines relations avec leur famille, et d’échanger avec des personnes qui les comprennent, avec qui elles ont des valeurs communes, et qui les soutiennent vraiment.

Elles cherchent à être épanouies dans leur travail, où l’aspect humain est très important à leurs yeux ! Elles veulent obtenir de la reconnaissance, se sentir utiles, monter des projets, être valorisées à la hauteur de leurs compétences. La bienveillance, la cohérence et la communication sont primordiales. Le tout en gardant du temps pour elles et pour leur vie personnelle. Elles veulent être heureuses, en étant elles-mêmes, le sourire aux lèvres tout simplement.

Leurs croyances limitantes, c’est penser que ça va être long et fastidieux (faux). Qu’elles ne méritent pas le meilleur, et qu’elles sont moins bien que les autres (faux et faux). Et que leur trop grande sensibilité est un défaut. (faux, faux et faux)

Comment les aides-tu à surmonter ces problèmes ?

Mes coachings sont des accompagnements individuels et personnalisés. Je suis à leur côté en permanence (grâce à un suivi Messenger / Mail continu) pour les booster, les soutenir, et les conseiller ! On s’appelle aussi régulièrement pour débloquer toutes les situations et difficultés qu’elles rencontrent. En bref, je fais en sorte qu’elles ne soient plus jamais seules pour avancer pas à pas vers une vie pleine de paillettes. 😉

On travaille autour de 3 piliers fondamentaux pour prendre confiance en elles, qui sont : la connaissance de soi, l’éloignement de ce qui est toxique, et le développement d’un fonctionnement bénéfique. On commence par créer le climat de confiance et de bienveillance dont elles ont besoin. On détruit les croyances limitantes pour enlever les blocages et les craintes qui les empêchent de progresser. Enfin, elles utilisent tous les outils et méthodes mis à leur disposition pour passer à l’action et profiter des résultats dans leur quotidien.

Après, je n’en parlerais jamais aussi bien que celles qui ont vécu cette transformation ! Le mieux, c’est de regarder les vidéos témoignages sur mon site 😉 

Pour ceux qui sont intéressés par ton accompagnement, que doivent-ils faire ? 

Venir m’en parler directement 😀 Je suis disponible par message privé sur mes réseaux sociaux, ou par mail : elise.pompomgirl@gmail.com ! Un formulaire est également disponible, avec toutes les informations, sur la page coaching de mon site : http://elisepompomgirl.com/coaching/

Je prendrai le temps de vous découvrir, d’échanger sur votre vécu et surtout de répondre à toutes vos questions ! À tout de suite <3 

Ecrit par
D'autres articles de Florian
Portrait d’hypersensible : Margaux
Peux-tu te présenter en 3 phrases ? 🙂 Entrepreneure, Sophro-Coach & conférencière....
Lire l'article
0 replies on “Interview : Elise Bouskila”